Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de courbuis

Ruisseling le 31 janvier 2014

31 Janvier 2015 , Rédigé par courbuis

Ruisseling le 31 janvier 2014

La nouvelle mode des sport de montagne qui sévit actuellement est de remonté les ruisseaux et vallons gelés en hiver et en été aussi tout ça avec des groupes pouvant comprendre une quinzaine de personne alors imaginé tout ce qui concerne la vie et toute la biologie présente dans ces ruisseaux c'est un vrai désastre ,tout ça pour toujours plus de profit l'argent toujours l'argent,des ruisseaux qui ont la même morphologie que ceux ci dessous

Ruisseling le 31 janvier 2014
Ruisseling le 31 janvier 2014

Pour empêcher que cela continue il nous faut agir et pour cela il nous faut soutenir l'action que mène l'association TER qui fait un travail immense

Voir ci dessous le lien pour toutes les actions engagées.

e ruisseling, un danger à éviter.

S'inscrire à la newsletter ruisseling

En vous inscrivant à cette lettre d'info, nous vous tiendrons informé de nos actions de manière la plus régulière possible en fonction de l'évolution de la situation.
Vous pouvez nous contacter par mail et nous adresser vos remarques ou idées d’actions.
associationTER@truitesetrivieres.com

Connaissiez vous cette pratique?

Total des votes: 48

Février 2015

Nous ont rejoint pour soutenir l’action menée contre la pratique du ruisseling, le forum pêche et nature dont vous pouvez lire l’article ICI, ainsi que le tocqueur-randonneur avec un article sur son blog ICI.

Nous avons quelques contacts avec le CAF de Briançon, et avec la Présidente de la Commission Nationale de Protection de la Montagne, le CNPM.

Je suis tout de même surpris du manque de réponses de la part des AAPPMA dont le domaine est directement impacté, peut être pas si facile de faire bouger les choses…..
Je pensais naïvement que ce texte de loi sur l’eau aurait put suffire :

"Article 13
I. - L'article L. 432-3 du code de l'environnement est ainsi rétabli :
« Art. L. 432-3. - Le fait de détruire les frayères ou les zones de croissance ou d'alimentation de la faune piscicole est puni de 20 000 euros d'amende, à moins qu'il ne résulte d'une autorisation ou d'une déclaration dont les prescriptions ont été respectées ou de travaux d'urgence exécutés en vue de prévenir un danger grave et imminent.
« Un décret en Conseil d'Etat fixe les critères de définition des frayères et des zones mentionnées au premier alinéa, les modalités de leur identification et de l'actualisation de celle-ci par l'autorité administrative, ainsi que les conditions dans lesquelles sont consultées les fédérations départementales ou interdépartementales des associations agréées de pêche et de protection du milieu aquatique.
« Le tribunal peut en outre ordonner la publication d'un extrait du jugement aux frais de l'auteur de l'infraction dans deux journaux qu'il désigne. »
II. - L'article L. 432-4 du même code est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« Le tribunal peut également ordonner des mesures destinées à rétablir le milieu aquatique dans son état antérieur à l'infraction ou à créer un milieu équivalent. »
Article 14

Le I de l'article L. 214-3 du code de l'environnement est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« La fédération départementale ou interdépartementale des associations de pêche et de protection du milieu aquatique ainsi que les associations départementales ou interdépartementales agréées de la pêche professionnelle en eau douce sont tenues informées des autorisations relatives aux ouvrages, travaux, activités et installations de nature à détruire les frayères ou les zones de croissance ou d'alimentation de la faune piscicole. »

Janvier 2015

Ruisseling, nous poursuivons ....
Un mail envoyé à l'ensemble des FD dont le domaine pourrait être affecté, ainsi que les AAPPMA de la Savoie:

Bonjour,
L’ association Truites et Rivières se présente à vous en qualité d’association de pêcheurs soucieux de l'environnement en général, de la Faune et la Flore des rivières en particulier.
Nous sommes, quelques pêcheurs, soucieux d'une pratique, ou plus exactement du détournement d'une pratique, qui s'appelle le ruisseling. À l'origine cette activité se pratiquait sur des rivières gelées pendant l'hiver, hors, on voit arriver et plus inquiétant, se développer, cette pratique durant l'été.
Nous pensons qu'il est extrêmement néfaste pour ces milieux, déjà fortement contrits naturellement et de par l'activité humaine, de rajouter un bouleversement tel qu'occasionner par le piétinement et l'écrasement du lit des ruisseaux, par des groupes de 5-15 personnes (voir plus), pendant cette période de post-reproduction, d'incubation ou d’éclosion . Quid des algues, invertébrés, batraciens, poissons, œufs et juvéniles après le passage de ces troupeaux?
Nous avons essayé de rentrer en contact avec les divers compagnies de guides, nous n'avons eu aucune réponse, tout juste un commentaire sur le site:
(http://www.truitesetrivieres.com/), de la part du président du Club Alpin Français, qui condamne cette pratique. Nous nous sommes également tournés vers la FNPF et quelques fédération de pêche impactées ou pouvant être impactées, le peu de réponses qui nous ont été données sont, pour l'instant, évasives (difficile de s'attaquer à des activités touristiques, quand on essaie, soit même, de les développer...), bien que eux, nous ne les "lâcheront" pas.
Dans ce contexte difficile, nous nous tournons vers les associations de lutte pour l'environnement, pour avoir, sinon une position officielle, leur ressentie sur la légalité (quelle est la fédération de tutelle? Diplômes et formations des guides? Respect du code de l'environnement?) de cette pratique et un soutien dans notre démarche de limiter le développement, et voir structurer cette pratique stupide et destructrice de ces joyaux de biodiversités, que sont ces ruisseaux.

Cordialement,

Association Truites et Rivières.


A ce jour, peu de réponses, mais il faut bien reconnaître que ces mails, envoyés en fin d’année, seront surement un peu plus longs à traiter.
Ont répondu favorablement :
FD 66, FD 73, les AAPPMA du collectif Guiers, l’AAPPMA de Bourg Saint Maurice…..

A noter, le collectif mouche 31 participe de son côté à ce débat d'information. Nous aurons donc l'occasion de partager nos infos!

A suivre !

Novembre 2014

Une pratique sportive jusqu’alors réservée à la saison hivernale, celle de grimper sur des ruisseaux gelés à l’aide de crampons et d'un piolet, mais sur des portions relativement plates, qu’il ne faut pas confondre avec l’escalade de cascades de glace.

Afin de satisfaire les touristes montagnards, l’idée de pratiquer le ruisseling en été voit le jour. Remonter les ruisseaux et torrents équipé de vielles chaussures et d’un short procure une fraicheur agréable sous le soleil du mois de juillet ou d’aout, toute la famille part pour une sortie ludique et guidée par un professionnel de la montagne, guide ou accompagnateur moyenne montagne, guide canyoning ou autre aucune réglementation ne régissant cette activité, ce qui permet d’envoyer n’importe quel diplômé montagne pour cette prestation. Au delà de la considération touristique, quels sont les conséquences directes sur le lit de ces petits cours d'eau ou cette pratique pourrait avoir un impact important sur la faune aquatique.

En effet, le ruisseling ne se pratique pas seul, et souvent c’est une bonne dizaine de personne qui marchent dans le lit d'un ruisseau, et d’autre part des circuits préétablis par les professionnels, compagnie de guide ou sociétés multiservices, conduisent nos vacanciers toujours sur les même zones. On pourrait donc en déduire que le lit de ces cours d’eau sont gravement bouleversés, piétinement, écrasement, déplacement de blocs, sans aucun doute les truites ne vont pas aimer ce genre de traitement. La faune qui règne aussi dans ce biotope risque de subir de lourdes pertes, en particulier les nymphes et autres larves vivant sous les cailloux, mais aussi l’arrachement de végétaux aquatiques et terrestres, la mise en suspension de matières diverses et probablement les déchets éventuels liés à toutes fréquentations de site. Il faut de plus garder à l’esprit que les truites n’ont que la saison estivale pour se refaire une santé après un hiver rude…Cette activité estivale n’est peut être pas la période la plus critique en ce qui concerne la reproduction de la truite fario qui a lieu entre novembre et janvier, mais le bouleversement apporté par ce piétinement sur les zones à granulométrie fine, propices aux frayères, aura forcément un impact sur le développement futur des alevins qu’il ne faut pas négliger, certains de ces ruisseaux d’altitude ne verront les alevins émerger du substrat qu’au mois de juin, parfois même juillet.

Aucune étude à ce sujet, mais pour fidéliser les vacanciers montagnards, de nouvelles activités sont proposées toutes les années, le ruisseling d’été fait partie de cette panoplie pour un cout modique, mais l’incidence sur le milieu sera très vite mesurable sur les petits rus et autres petits torrents, qui pour certains sont assez protégés des pollutions et activités humaines.
Les AAPPMA et fédérations de pêche auraient sans doute leur mot à dire quand à la pratique de cette activité, au moins pour préserver les zones les plus sensibles, mais comme toute activité, tout est question d’information et de concertation, commençons donc, nous autres pêcheurs, à informer ces professionnels du tourisme sur les risques de cette pratique.

Le Pétsu

Ils nous soutiennent

Nature et passion
Tocqueur-randonneur

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le pétsu 09/02/2015 12:33

Merci pour ce soutien!

gilou 31/01/2015 17:16

Ce p....n de fric nous fera crever un jour.

Pierrot 01/02/2015 05:51

Tout a fait Gilles le fric pourri tout je suis de plus en plus écœuré.

Bonjour 31/01/2015 16:09

Oui mais j'arrive pas a mettre le lien qui fonctionne

pappy-jeff 31/01/2015 15:56

slt Pierrot
Je vois que toi aussi tu apportes ton soutien à TER
Nous ne gagnerons peut être pas la bataille, mais au moins nous faisons entendre notre voie
A+